Par Pascal P

 

CajunSoul

 

Country Gift salut la réédition de ce disque de 1988 enregistré à Lafayette au Louisiana Recording Studio. On notera outre Eddie Lejeune (Accordéon) la présence de celui qui vient de nous quitter DL Menard (Guitare) mais aussi Ken Smith au violon. Ce n’est pas moins de 15 chansons allant de traditionnels pour constituer et participer à la mémoire d’un pays renaissant à l’époque après le Codofil (Conseil pour le développement du français en Louisiane créé en 1968. Aujourd’hui on dénombrait au début des années 2000 un peu moins de 5 000 sur 200 000 habitants de plus de 5 ans qui parlaient un français créole louisianais.) mais aussi des compositions permettant d’y insuffler une vie qui grâce à certains est encore bien vivante de nos jours.

 

eddieLejeune3

 

Eddie est le fils de l’accordéoniste Iry Lejeune qu’il n’aura pratiquement pas le temps de connaître puisque son père décède dans un accident de voiture alors qu’Eddie n’a que 5 ans c’est bien des années plus tard au travers des 78 tours qu’a enregistré son père qu’il découvre son héritage dans lequel il s’immerge pour notre plus grand plaisir aujourd’hui ! Eddie est né à Ardoin Cove qui se trouve près de la ville de Lacassine et seul souvenir de son père « assis sur ses genoux ou un tour en vélo avec sur une journée nuageuse ». Il le découvre au travers de sa grand-mère, qui elle aussi est une compositrice de chansons et pratiquant l’accordéon, Adeline Blanchard.

Il a un parcours très classique et de groupe en groupe ; de rencontre en rencontre il se forge une personnalité, un style et travaille avec des artistes comme Lawrence Walker, Joe Falcon, Lionel Leleux, Hubert Maitre, DL Menard ou encore Ken Smith.

 

eddieLejeuneeddieLejeune2

 

Avec ce disque nous sommes réellement dans l’univers de la musique francophone et de titres d’orientation globalement traditionnel nous remémorant les fais do-dos que tout amateur de musique Louisianaise connait et rêverait de découvrir dans la vraie vie, dans une soirée chaleureuse et de partage. Même si notre cœur s’en va vers des titres plus dansant et plus enjoués de la fin du siècle derniers et du temps présent. Il est aussi étonnant de voir que beaucoup de titres (peut-être pour faire comprendre au non francophone le sens général de la chanson) ont un titre en anglais avec que les parties chantées sont bel et bien dans ce français si type, caractéristique et indémodable que l’on aime sans aucune hésitation. Deux exemples « Little Broken Heart » (petit cœur brisé) création d’Eddy Lejeune ou « Love Bridge Waltz » (La Valse du pont d’amour) composition de son père Iry Lejeune avec Eddie Shuler.

DLMenard

Une atmosphère si particulière se dégage de ce disque, de cette histoire, de ce moment en musique qu’il me faut aussi parler quelques instants de DL Menard qui s’en est allé il y a peu (27 juillet 2017) à l’âge de 85 ans. Ce fabuleux compositeur Doris Léon Menard doté de cette voix reconnaissable entre mille car hautement perchée et dirons-nous quelque peu nasillarde. Il aura été l’un de maitre de cette musique participant à sa vie, à son développement dès le début des années 40 jouant, créant dans les salles de bal qui, à l’époque, étaient nombreuses. On connait l’une de ses chansons phare avec « la porte d’en arrière » qu’il composa en 1962.

Certes ceci ne nous rajeunit pas et pour certains d’entre nous, nous n’étions même pas de ce monde et l’histoire d’une musique ne se compte pas uniquement dans l’instant présent. Nous devons pour les comprendre, pour saisir les interactions, les influences des unes envers les autres, les réciprocités ne pas hésiter à passer un peu de temps à l’écoute de tel ou de tel disque. Celui-ci « Cajun Soul » d’Eddie Lejeune est un bon point de départ pour les novices et pour ceux ayant déjà les pieds dans les bayous et l’âme cajun vagabonde celui-ci ne sera qu’un doux et agréable moment de musique, de terroir, d’histoire et de vie.

**