23

Buffy Sainte-Marie

 

4

 

C'est avec un grand plaisir qu'amis musicologues, amateurs de bonnes sonorités et de belle histoire que je me lance dans la biographie de Buffy Sainte-Marie. C'est une artiste que j'ai découverte dans la seconde partie des années  80 et qui m'a toujours passionné et encore plus ces dernières années avec ses dernières productions.

Il y a toujours un début et Buffy est née Beverly Sainte-Marie, le 20  février 1941 dans la réserve Piapot  75 dans la vallée de la rivière «  Qu'Appelle  » au Saskatchewan, Canada.

Buffy est une autrice, une compositrice et une interprète, une musicienne oscarisée, mais aussi une artiste visuelle, une éducatrice, une pacifiste et une militante pour les droits sociaux...

Tout au long de sa carrière dans tous ces domaines, son travail s'est principalement concentré sur les problèmes auxquels sont confrontés les peuples autochtones américains. Ses compositions, ses choix comprennent outre ce thème une foultitude d'éléments pour les textes de ses chansons comme l'amour, la guerre, la religion et le mysticisme. Elle a remporté des distinctions, des prix et des honneurs pour sa musique, mais aussi pour son travail dans l'éducation et l'activisme social.

Elle est abandonnée enfant et adoptée par Albert et Winifred Sainte-Marie, un couple de Wakefield du Massachusetts et d'origine Micmac (peuple amérindien de la côte nord-est des USA. Elle reçoit de la part de ses nouveaux parents autant d'amour que de dévotion pour son éducation. Elle poursuit ses études jusqu'à l'université. Elle y fréquente celle du Massachusetts et y obtient ses diplômes dans l'enseignement et la philosophie orientale avec des résultats la plaçant parmi les dix premiers étudiants de sa promotion.

 

5

 

Sainte-Marie joue très tôt du piano et de la guitare ceci en autodidacte. À l'université, certaines de ses chansons, "Ananias", la complainte indienne, "Now That the Buffalo's Gone" et "Mayoo Sto Hoon" (qui est une reprise d'une chanson hindi de Bollywood "Mayus To Hoon Waade Se Tere" extrait du film de 1960 de Barsaat Ki Raat) étaient déjà dans son répertoire.

12

******

Texte et traduction de "Now That the Buffalo's Gone"


Can you remember the times
That you have held your head high
And told all your friends of your Indian claim
Proud good lady and proud good man
Your great-great grandfather from Indian blood sprang
And you feel in your heart for these ones.

Pouvez-vous vous rappeler les fois où vous avez gardé la tête haute et informé tous vos amis de votre revendication indienne.
Bonne dame et homme fiers.
Votre arrière-arrière-grand-père de sang indien a jailli et vous le sentez dans votre cœur pour ceux-là.


Oh it's written in books and in song
That we've been mistreated and wronged
Well over and over I hear the same words
From you good lady and you good man
Well listen to me if you care where we stand
And you feel you're a part of these ones

Oh, c'est écrit dans les livres et dans la chanson que nous avons été maltraités et lésés.
Bien des fois, j'entends les mêmes mots de votre part, dame et homme de bien.
Eh bien, écoutez-moi si vous vous souciez de notre position et que vous sentez que vous en faites partie.

When a war between nations is lost
The loser, we know, pays the cost
But even when Germany fell to your hands
Consider dear lady, consider dear man.

Quand une guerre entre nations est perdue.
Le perdant, nous le savons, en paie le prix, mais même lorsque l'Allemagne est tombée entre vos mains.
Considérez chère dame, considérez cher monsieur.

You left them their pride and you left them their land
And what have you done to these ones
Has a change come about Uncle Sam
Or are you still…

Vous leur avez laissé leur fierté et vous leur avez laissé leur terre et qu'avez-vous fait à ces derniers.
L'oncle Sam a-t-il changé  ? ou êtes-vous toujours ...

 

******

 C'est fin laisse parfaitement imaginer clairement la suite concernant le comportement vis-à-vis des autochtones, des Amérindiens.

10



En 1962, au début de la vingtaine, elle tournait seule, développant son art et se produisant dans diverses salles de concert, divers festivals de musique plutôt folk, mais aussi dans certaines réserves des «  Premières Nations  » des États-Unis ou du Canada… de même qu'à l'étranger.
Elle a passé beaucoup de temps à écumer les cafés, les lieux de concerts du vieux quartier de Yorkville du centre-ville de Toronto ou de Greenwich Village à New York dans le cadre de la scène folk du début au milieu des années  1960 avec certains grands ou futurs grands noms de la musique tels  : Léonard Cohen, Neil Young, et Joni Mitchell.

En 1963, se remettant d'une infection de la gorge, Sainte-Marie devint accro à la codéine et lors de la convalescence elle en tire une expérience sur les dépendances qui devint la base de sa chanson "Cod'ine".
Cette chanson qui sera reprise par une foultitude d'artistes et entre autres par  : Donovan, Janis Joplin, Quicksilver Messenger Service, Jimmy Gilmer, Gram Parsons, Charles Brutus McClay, Nicole Atkins et Courtney Love.

Toujours en 1963, elle a vu des soldats blessés revenir de la guerre du Vietnam à un moment où le gouvernement américain nie toute implication guerrière dans un pays asiatique. Ceci lui inspire le pamphlet protestataire "Universal Soldier" publié sur son premier album «  It's My Way  » sur Vanguard Records en 1964 l'un de ses grands succès.

 11

******

Texte & traduction de "Universal Soldier"

He's five feet two and he's six feet four
He fights with missiles and with spears
He's all of thirty-one and he's only seventeen
He's been a soldier for a thousand years

Il mesure 1m57 et il mesure 1m93
Il combat avec des missiles et avec des lance-flammes
Il a 31  ans et il n'a que 17  ans
Il est soldat depuis mille ans

He's a catholic, a Hindu, an Atheist, a Jane
A Buddhist and a Baptist and Jew
And he knows he shouldn't kill and he knows he always will kill
You'll for me my friend and me for you

Il est catholique, hindou, athée, jaïn,
bouddhiste et baptiste et juif
et il sait qu'il ne devrait pas tuer et il sait qu'il le devra
Tues pour moi mon ami et moi pour toi


And he's fighting for Canada, he's fighting for France
He's fighting for the USA
And he's fighting for the Russians and he's fighting for Japan
(ces lignes sont extraites d'un texte de Wilfred Owen)
And he thinks we'll put an end to war this way

Et il se bat pour le Canada, il se bat pour la France,
il se bat pour les USA,
et il se bat pour les Russes et il se bat pour le Japon,
Et il pense que nous mettrons fin à la guerre de cette façon.


And he's fighting for democracy he's fighting for the reds
He says it's for the peace of all
He's the one who must decide who's to live and who's to die
And he never sees the writing on the wall


Et il se bat pour la démocratie et se battre pour les rouges.
Il dit que c'est pour la paix de tous.
C'est lui qui doit décider qui doit vivre et qui doit mourir
et il ne voit jamais les écrits sur les murs.

But without him how would Hitler
Have condemned him at Dachau
Without him Caesar would have stood alone
He's the one who gives his body as the weapon of the war
And without him all this killing can't go on

Mais sans lui, comment Hitler l'aurait-il
condamné à Dachau
Sans lui, César serait resté seul
C'est lui qui donne son corps comme arme de guerre
Et sans lui, tous ces meurtres ne pourraient continuer.

He's the universal soldier and he really is to blame
But his orders come from far away no more.
They come from him and you and me
And brothers can't you see.
This is not the way we put an end to war?

C'est le soldat universel et il est vraiment à blâmer
Mais ses ordres ne viennent plus de loin.
Ils viennent de lui, de toi et de moi
Et les frères ne pouvez-vous pas voir.
Ce n'est pas ainsi que nous mettons fin à la guerre ?

******

 

AL 1AL 1b

AL 2AL 2b

AL 3AL 3b

AL 5

En 1964, lors d'un voyage à la réserve Cree de Piapot au Canada pour un pow-wow, elle a été accueillie, mais aussi et surtout adoptée par le plus jeune fils du chef Piapot, Émile Piapot et son épouse, Clara Starblanket Piapot. Ceux-ci la reconnaissent des leurs (ce qu'elle est effectivement) par sa valeur culturelle et à son droit à une place dans la culture autochtone du peuple Cree.


Elle est nommée meilleur espoir féminin par le magazine Billboard. Certaines de ses chansons traitent des humiliations infligées aux Amérindiens, comme "Now That the Buffalo's Gone"  (traduite plus haut dans cet article) et "My Country 'Tis of Thy People You're Dying"  toutes deux écrites en 1964.


Toujours sur le mode d'une écriture pour éveiller les consciences, elle sort en 1967 sa refonte, sa vision de "Lyke Wake Dirge".


Déjà la fin des années  1960, elle utilise un synthétiseur de marque Buchla pour enregistrer l'album «  Illuminations  », qui ne reçoit pas beaucoup d'attention de la part du public, car certainement trop moderne ou en déphasage avec son époque. On dit souvent qu'un succès tient autant de sa qualité que de sa pertinence dans le moment où il sort et est proposé aux auditeurs. Il faut aussi dire que cet album est le premier totalement électronique et en quadriphonie.

AL 6AL 6B


Elle a toujours été novatrice, et à pratiquement 80  ans elle a produit le disque «  power in the Blood  » en 2015 où l'on trouve des titres ne reniant pas cette production des années  60 pour preuves, pour exemples les deux titres «  Not The Lovin Kind  » et «  Power in The Blood  ».

 

******

Texte & traduction de : Power in the Blood.


GMO GMO has got to go
Power in the blood Power in the blood


L'OGM L'OGM doit disparaître
Pouvoir dans le sang… Pouvoir dans le sang.


No time for spin-doctors’ medicine
Corporation government selling me some cover-up.
Weaponizing pesticides; poison in my groceries
Nothing but another drug, a license they can buy and sell.


Pas le temps pour le gouvernement, la Corporation pharmaceutique ou tous ces spin-docteurs de me vendre des contrefaçons.
Arme de pesticides ; poison dans mes courses, rien d'autre qu'un autre médicament, une licence qu'ils peuvent acheter et vendre.

I don’t mind dying
Well I don’t mind dying.
I don’t mind dying but when that call it comes.
I will say no no no to war.

 

Ça ne me dérange pas de bien mourir, ça ne me dérange pas de mourir.
Cela ne me dérange pas de mourir, mais quand cet appel viendra, je dirai non non non à la guerre.


No time for backhanded compliments
From television anchor men desperate for an incident
Real estate assassins exploiting our predicament
Everything depends upon it being in their interests


Pas le temps pour les compliments rétrogrades de ces présentateurs de télévision désespérée par l'incident.
Les assassins de l'immobilier exploitant notre situation difficile, en fonction de leur intérêt.


No I don’t mind dying
I don’t mind dying
I don’t mind dying
When that call it comes, I will say no no no to war.


Non, cela ne me dérange pas de mourir.
Ça ne me dérange pas de mourir.
Ça ne me dérange pas de mourir.
Quand cet appel viendra, je dirai non non non à la guerre.

There is power in the blood, justice in the soul
When that call it comes, I will say no no no to war
Power in the blood, justice in the soul
When that call it comes I will say no no no to war


Il y a du pouvoir dans le sang, la justice dans l'âme quand cet appel viendra, je dirai non non non à la guerre.
Pouvoir dans le sang, justice dans l'âme quand cet appel viendra, je dirai non non non à la guerre.


There’s military interest, GMOs in paradise.
bio-weapons high up on the call sheet
Young soldiers driving tanks
but old thieves they drive the banks
and you never see a uniform on Wall Street
There is power in the blood


Il y a un intérêt militaire, les OGM sont au paradis des armes biologiques tout en haut de la feuille d’appel.
Jeunes soldats conduisant des chars, mais vieux voleurs, ils conduisent le groupe et on ne voit jamais un uniforme.
Wall Street, il y a du pouvoir dans le sang.

I don’t mind dying
I don’t mind the dying
I don’t mind dying
When that call it comes I will say no no no to war.

Non, cela ne me dérange pas de mourir.
Ça ne me dérange pas de mourir.
Ça ne me dérange pas de mourir.
Quand cet appel viendra, je dirai non non non à la guerre.

******

 16

Dans cette chanson, c'est un vrai cri contre la marchandisation de notre humanité pour toujours plus de rentabilité.


1975, Sainte-Marie est contacté par Dulcy Singer alors producteur de l'émission pour enfants «  Sesame Street  ». Sainte-Marie indique qu'elle n'avait aucun intérêt à faire ce type d'émission de télévision pour enfants, mais après avoir demandé « Avez-vous fait une programmation amérindienne ?  » ainsi que plusieurs échanges avec M Singer, Buffy accepte pour enseigner aux jeunes téléspectateurs de l'émission que "les Indiens existent toujours". Elle reviendra régulièrement sur Sesame Street entre 1976 à 1981.

 

14


«  Little Wheel Spin and Spin  » est une chanson qui paraît simple, mais qui a un texte très fort sur la roue du destin qui tourne et qui, certes, apporte malheurs, vexations, mais aussi joie et rédemption ... encore une chanson portant un message et des idées très fortes.

 

Movie


En 1979, le film «  Spirit of the Wind  » mettra en vedette un ensemble de titres originaux de Buffy Sainte-Marie et de Will Ackerman, dont la chanson « Spirit of the Wind ». Celle-ci fait partie des trois musiques de films choisis cette année-là par le Festival de Cannes. Elle est sur ce docu-drame de George Attla qui fut un grand meneur de chiens de traîneaux et champion dans cette activité. Dans ce film, toutes les parties jouées le sont par des Amérindiens sauf celle par Slim Pickens. Le film a été diffusé à la télévision par câble au début des années  1980 et n'est sorti en France qu'en 2003. Si mes recoupements sont bons.

Alors de l'année  1981, elle commence à utiliser les ordinateurs Apple  II et Macintosh pour enregistrer sa musique, mais aussi plus tard certains de ses arts visuels. La chanson « Up Where We Belong » (que Sainte-Marie a co-écrite avec Will Jennings et le musicien Jack Nitzsche) a été interprétée par Joe Cocker et Jennifer Warnes pour le film «  Officer and Gentleman  ». Elle a reçu l'Oscar de la meilleure chanson pour ce titre en 1982.

 

19

 

Plusieurs de ses chansons sont choisies comme au début des années  1980 comme et dans le désordre  : le thème le la série autochtone «  Spirit Bay  » de la CBC  ; une autre pour le téléfilm de la TNT  1993 «  The Broken Chain  » tourné entièrement en Virginie  ; ou encore en 1989, le titre «  Where the Spirit Lives  » pour un film sur les enfants autochtones enlevés et enfermés dans des pensionnats. Il y eu une période aux états unis où il ne faisait pas bon être différents des blancs que vous soyez noir, amérindien, francophone ou hispanique. Buffy Sainte-Marie a interprété le personnage d'une Cheyenne, Kate Bighead, dans le téléfilm «  Son of the Morning Star  » de 1991, racontant le côté indien de la bataille de Little Bighorn.

Movie2

En 1992, après une interruption d'enregistrement d'une quinzaine d'années, Sainte-Marie sort l'album «  Coincidence and Lusted Stories  ». Enregistré en 1990 chez elle à Hawaï sur son ordinateur et transmis par modem via Internet au producteur Chris Birkett à Londres. Nous sommes au début d'Internet, il n'y a l'époque qu'à peine un million d'ordinateurs connectés.. Belle preuve d'une personne vivant dans son temps, mais n'oubliant pas ses racines.

Buffy Sainte-Marie expose ses créations graphiques, ses peintures au Glenbow Museum de Calgary, à la Winnipeg Art Gallery, à la Emily Carr Gallery de Vancouver et au American Indian Arts Museum à Santa Fe, Nouveau-Mexique. Malheureusement, j'en ai trouvé très, très peu de reproduction sur la toile.

 

ArtArt2

 

L'album «  Coincidence and Lusted Stories  » comprenait les chansons politiquement chargées "The Big Ones Get Away" et "Bury My Heart at Wounded" Knee "(qui mentionne Léonard Peltier), tous deux s'élevant contre le sort actuel des Amérindiens. Toujours en 1992, Buffy Sainte-Marie apparaît dans le téléfilm «  The Broken Chain  » avec Pierce Brosnan. Son prochain album parait en 1996 «  Up Where We Belong  », un album sur lequel elle a réenregistré un certain nombre de ses plus grands succès dans des versions plus unplugged et acoustiques, y compris une réédition de "Universal Soldier". "Bury My Heart at Wounded" est repris par les Indigo Girls et emily Sailer dira "Chaque mot est vrai".

 

AL 14

 

En 1996, elle lance une action philanthropique à but non lucratif «  Nihewan Foundation for American Indian Education  » consacré à l'amélioration de la participation des étudiants amérindiens à l'enseignement pour favoriser la transmission intergénérationnelle. Le mot «Nihewan» vient de la langue Cree et se traduirait brutalement par « parler Cree », mais signifie simplement « Soyez votre culture ».

 

25

 

Buffy Sainte-Marie a fondé le «  Cradleboard Teaching Project  » en octobre 1996 grâce aux fonds de sa Fondation «  Nihewan  » et grâce à une subvention de deux ans du W. K. Fondation Kellogg de Battle Creek, Michigan. Avec des projets dans les communautés Mohawk, Cree, Ojibwe, Menominee, Coeur D'Alene, Navajo, Quinault, Hawaiian, and Apache et ceci dans onze États, en partenariat avec une classe «  non autochtone  » du même niveau scolaire pour les niveaux  : primaire, intermédiaire et secondaire dans les disciplines de la géographie, de l'histoire, des études sociales, de la musique et des sciences.  

 

26

 

En 2002, elle a chanté au Kennedy Space Center pour le commandant John Herrington, USN, un Chickasaw et le premier astronaute amérindien. En 2003, elle est devenue porte-parole du Réseau du projet des écoles associées de l'UNESCO au Canada.

 

AL 16

 

En septembre 2008, Buffy fait un retour sur la scène musicale canadienne avec la sortie de son album studio «  Running for the Drum  ». Il a été produit par Chris Birkett (producteur de ses albums de 1992 et 1996). Les sessions d'enregistrement de ce projet ont débuté en 2006 dans le home studio de Sainte-Marie à Hawaï et en partie en France et ceci jusqu'au printemps  2007.

Buffy Sainte-Marie a déclaré dans une interview en 2008 au National Museum of the American Indian qu'elle avait été mise sur liste noire par les stations de radios américaines et qu'elle, avec d'autres amérindiens et peuples amérindiens du mouvement «  Red Power  » avait été exclu par ces entreprises dans les années  70 de toutes diffusions. Ce qui explique son absence pendant de nombreuses années et oui  ! à l'époque si pas de radio point de promotion ou presque.
En 1999 elle avait déjà déclaré dans une autre interview  : «J'ai découvert 10  ans plus tard, dans les années  1980, que le président Lyndon B. Johnson écrivait des lettres sur papier à entête de la Maison Blanche faisant l'éloge des stations de radio supprimant ma musique », mais aussi « Dans les années  1970, que non seulement l'on avait mis notre mouvement de protestation «  Red Power  » hors service médiatiquement parlant, mais qu'il a été aussi attaqué physiquement ». Grâce aux présidents Lyndon Johnson et Richard Nixon, au directeur du FBI J.Edgar Hoover et au disc-jockey de Nashville Ralph Émery… Buffy affirme "J'ai été mise en faillite aux États-Unis".

 

29

 

AL 17AL 17B

 

En 2015, buffy sort l'album «  Power in the Blood  » sur True North Records. Ce disque m'a cueilli au coin de la forêt même si l'album précédent «  Running For The Drum  » annonce déjà la couleur, mais quel disque  !! Ayant toujours été fan de Buffy St Marie ce disque pour une artiste de 74  ans à l'époque laisse complètement rêveur. Car il nous offre les créations d'une artiste toujours en mouvement, en effervescence intellectuelle.  

En 2016, Buffy Sainte-Marie a fait une tournée en Amérique du Nord avec Mark Olexson (basse), Anthony King (guitare), Michel Bruyere (batterie) et Kibwe Thomas (claviers) et ceci à 75  ans quelle nature, quel feu... je suis envieux et admiratif.

En 2017, elle a sorti le single "You Got to Run  » (Spirit of the Wind)", une collaboration avec la lauréate du prix musical «  Polaris  »  : Tanya Tagaq. La chanson a été inspirée par George Attla pour un mucher et ses chiens de traîneau dans l'Alaska. Elle sortira l'album "Medecine Songs" qui est lui aussi remarquable.

 

AL 18

 

Le 29  novembre 2019, une édition du 50e  anniversaire de l'album «  Illuminations  » de Buffy Sainte-Marie sorti initialement en 1969 est reproduite en vinyle par Concord Records, la société ayant racheté Vanguard Records, l'éditeur original de l'album. Sur celui-ci il y a «  Better To Find Out For Yourself  » qui nous replonge a une époque où nous étions encore dans une atmosphère «  flower Power  » et ceci même si Buffy eut et a toujours le point lever... Celui-ci fait un peut le pont avec «  Rolling Log Blues  » de 1966 une folk song sur laquelle la voix encore juvénile nous emporte le cœur. Une artiste à 100  %, à 1000  % différente et unique.

En 2021 elle a déjà une date prévue en Australie pour un concert, je n'ose rêver d'une date en Europe et encore moins en France  !!!

J'espère que nous aurons encore de nombreuses années les mots, les musiques, l'art de Buffy.

 

Vous pouvez aussi accéder aux playlist et réécouter les deux émissions réalisées pour RCF en cliquant  ICI.

 

24