Par Pascal P

 

 

pokeylafarge3

 

 

 

Sommes-nous en présence d'un chanteur de Country Music ? Non, certainement pas ou si oui, bien plus largement ! Pokey LaFarge est un artiste qui m'emporte dans un univers, … non, bien plus dans son parcours. Artiste intellectuel, certainement bien plus que d'autres. Il produit des disques avec des influences bien plus larges, une énergie créative qui ne peut que vous embarquer immédiatement.

Cet originaire de l'Illinois où il voit le jour le 26 juin 1983 sous le vrai nom de Andrew Heissler beigne, grâce à un grand-père dans un premier temps, dans la littérature et la musique. Puis dans un second temps, grâce à un professeur qui lui ouvre des pans entiers de l'histoire américaine, mais plus largement mondiale. Son grand-père joue du banjo au sain du « St Louis Banjo Club ». Très tôt, Andrew reçoit le surnom par sa mère de Pokey car elle le reprend et l'encourage ou le sermonne à se dépêcher un peu plus… Aurait-il toujours le temps ? Ne serait-ce pas le secret des gens de talent qui savent faire le juste milieu entre être efficace ou simplement montrer de la célérité en toutes choses ?

 

pokeylafarge4

 

Il se passionne pour la littérature américaine John Steinbeck, Ernest Hemingway ou encore Jack Kerouac, mais aussi et surtout pour des artistes de la musique Blues : Muddy Waters, Willie Dixon puis remontant ce courant, un peu comme un saumon remonte vers la source, vers ses origines. Il découvre des artistes comme Skip James, Robert Wilkins, John Estes puis vraiment dans un autre temps un certain Bill Monreo... et savez-vous quel âge il a ? non !!! et bien à peine 16 ans.. nous sommes à l'orée des années 2000. Le choc est tel qu'il échange la guitare de son grand-père contre une mandoline.

Il devient de plus en plus un homme, un artiste qui se plonge dans les racines de la musique américaine. Après avoir fini ses études en 2001, il part en prenant le nom d'artiste que nous lui connaissons aujourd'hui Pokey LaFarge et qui, pour lui, sonne le plus proche de ses aspirations de créateur, de musicien … lui qui a depuis toujours voulu être un écrivain.

Il se lance sur les routes un peu comme un hobos, un Woody Guthrie des temps modernes. Certes dans des situations économiques et sociales bien différentes que dans les années trente ! Et pourtant, lorsque l'on écoute sa musique nous avons cette impression d'un retour dans le temps, le passé... un bon sociétal qui nous aère la tête !

Il fait ce que l'on appelle communément la « manche » partout où il peut, où il est accepté.

De sauts de puces en parcours en auto-stop, Pokey prend de l'expérience et façonne un style qui est aujourd'hui, pour moi, unique... oui, unique !

Il rencontre des artistes, des musiciens qui vont prendre une place importante dans l'entourage de Pokey … je veux parler des « South City Tree » comprenant Adam Hoskins, Joey Glynn, Ryan Koening.

 

pokeylafarge2

 

Marmalade

 

Il rencontre du monde, mais dans un premier temps auto-produit son premier disque « Marmalade » 2006 qui est le résultat et à la fois le commencement d'un parcours, de la construction d'un artiste. Puis « Beat, Move And Shake » 2008 sur et pour Big muddy Records. Sur ce dernier nous mettrons en avant : « My Woman's Favorite Dog » (5) ; « I Don't Mind Dyin ' » (6) et « Born In St Louis » (12) mais tout comme « Marmalade » je ne suis pas encore complètement sous le charme.

BeatMoveAndShakeRiverboatSoul

 

pokeylafarge5

En 2009, il réalise en juillet et en trois sessions au PH Balanced Recording Studio de Nashville « Riverboat Soul » qui sortira en 2010 sur Free Dirt Record. Là, l'évolution est immédiatement perceptible. « La, AL Blues » (1) ouvre avec force ce 3ème disque avec l'apport précieux des « South City Tree » dans le backing, Il y a aussi cette forme qui nous envoie au temps des années folles avec parfois un style très ragtime, très picking.... des envolées qui auraient certainement été du goût de Django Reinhardt. Des morceaux qui nous rappelle certaines plages d'un Doc Watson. Bien plus de titres à plusieurs voix et d'un univers surannés « Hard Times Come And Go » (4). Nous nous envolons avec « Two-Faced Tom » (5) .. pourtant, il s'agit pour la majorité de titre composés par Pokey et Adam Hokins(2) ; Chris Baricevic (12) plus trois traditionnel (7-9-11). « old Black Dog » commençant par un petit cabotin pour renforcer le côté comique du titre.

Depuis, les disques se succèdent à un rythme régulier avec toujours cet ensemble de style composé de Blues et Country à la ruralité perceptible, un swing parfois très jazzy... une voix qui se patine et délivre plus d'unité. Après « Middle Of Everywhere » (2011) qui reste dans la même veine arrive en 2013 l'album « Pokey LaFarge » qui apporte vraiment de l'eau au moulin et se fait plus moderne en gardant une filiation avec l'univers qui fut et est le sien. « Central Time » (1) est magnifique ; « What The Rain Will Bring » (3) langoureux et suave à souhait !!! ; « Won'tcha Please Don't Do It » d'une fraîcheur primesautière vous embarquera dans une petite danse comme si vous vous faisiez doucement, mais sûrement, envoûter pour un rythme et des mélodies simples et efficaces. « Kentucky Mae » (6) pourrait être pour moi et sans y rien enlever, mais avec une voix féminine, être interprétée par Rhiannon Giddens. Je trouve sur certains morceaux des connexions entre les deux univers avec pour cette dernière un univers moins jazz et plus old time (et vis-et-versa). Nous nous enfonçons doucement et avec volupté dans un sofa avec « Day After Day » (9) …

Cela faisait un moment que je cherchai et j'ai enfin trouvé, il y a des connexions dans la voix et le jeu de guitare de Pokey Lafarge avec Lewis Durham.

MiddleOfEverywherePokeyLaFarge

SomethingInTheWater

L'aventure se poursuit avec la sortie pour le label Rounder de « Something in The Water » (2015) où une majorité des plages sont de sa composition ou des collaborations à l'exception de « All Night Long » (7) de Hudson Whittaker. Un univers toujours autant Ragtime, Jazz, Folk et Country plutôt Old Time. J'adore « Wanna Be Your man » (2) ; « underground » (3) ; « Cairo, Illinois » (5) très, très belle ballade Country ; « Actin' A Fool » (6) un bon Honky Tonk ; « Goodbye, Barcelona » (8) mélodie et texte envoûtants ; « Far Away » (9) un Country-Blues lent et généreux ; « Spark » (10) titre primesautier, gentillement rockabilly mode fifety's … certainement le disque le plus abouti de Pokey LaFarge dans l'épanouissement de son style unique et reconnaissable entre tous.

 

pokeylafarge6

 

En lisant ce billet, vous aurez compris que Pokey Lafarge est un artiste qui compte pour Country Gift car c'est dans la variété et la multiplicité des styles que la musique est belle ; le monde est beau méritant de poursuivre sur la route la découverte d'artiste unique, chaleureux et magiques.