Par Pascal P

 

JimmyArnoldSouthernSoul

 

Il est des artistes qui ne laissent que peu de traces et pourtant lorsque l’on s’intéresse à la musique on tombe parfois sur de petites perles et des artistes qui valent le détour. Aujourd’hui, c’est à Jimmy Arnold que je voudrai consacrer quelques lignes. A la fois pour la diversité de notre site, des influences musicales abordées, mais aussi, car il le vaut bien autant pas sa musique que par sa vie.

Il voit le jour en 1952 à Fries (VA) et s’oriente très tôt vers la musique puisqu’il a sa première guitare puis un banjo alors qu’il n’a pas dix ans et fera partie d’un groupe « Twin County Partners » alors qu’il n’a que 12 ans. Formation de Bluegrass avec son cousin Tommy (Mandoline) et Wes Golden (Guitare). Ils passent dans plusieurs programmes de télévisions locales et réalisent même un single pour le label Stark Records.

Plusieurs collaborations s’enchaîneront dans les années suivantes. Il participe avec le groupe The Virginia Cut-Ups un disque pour Latco Records avant de poursuivre et de participer à plusieurs groupes dont celui de Keith Whitley … The New Tradition. Malheureusement, il se fait souvent renvoyer pour cause d’un alcoolisme qui commence doucement, sournoisement à s’installer. Il arrive tout de même à produire son premier disque « Strictly Arnold » pour Rebel Records en 1974 puis « Rainbow Ride » en 1982 et le disque qui va nous intéresser présentement « Southern Soul » en 1983…

Malheureusement aucun de ces disques ne rencontrera un succès suffisant pour projeter Jimmy Arnold dans une autre dimension qui l’aurait certainement éloigné de paradis artificiels dans lesquels il va tomber et même sombrer… Il ouvre un salon de tatouage mais ce dernier ne lui sert qu’à des activités de dealer et cela le conduit quelque temps derrière les barreaux.

De 1985 à 1992, il essaie de changer et devient membre d’une église pentecôtiste qui l’aide à devenir clean et sobre malheureusement des années d’excès en tous genres font que le jour de noël 1992 il décède d’une crise cardiaque son cœur usé par l’alcool et les drogues.

Musicalement, il nous fascine bien plus car si l’on regarde de plus près cet album de 1983, nous sommes surpris par la qualité, la modernité forte et présente encore aujourd’hui. Un ensemble de titre entre Country Music crossover, classique et Bluegrass. Des titres qui nous emmènent dans des univers très divers évoquant des pages de l’histoire américaine comme : Jesse James, Général Lee ou encore Bonaparte’s Retraite (Trad) mais faisant aussi la part belle à des compositions de belles et grandes valeurs de la main de Jimmy Arnold comme Jesse James, Southern Confort, Southern Soul... en fait huit des quatorze plages de ce disque.

On regardera d’un œil mitigé la pochette mais qui finalement est bien dans l’air du temps de l’époque. On finit par un encore un titre qui mériterait d’être bien plus connu « Sally Ann » à la mélodie et rythme entraînant et avec ce petit air très historique qui nous emmène au plus profond du cœur des Appalaches.

Si vous avez l’occasion de l’écouter ou de vous le procurer cela ne sera pas un achat loupé… en attendant il est disponible sur les plateformes de streaming musique donc je n’ai qu’une dernière phrase à vous dire « Bonne écoute ».

JimmyArnold SouthernSoul cover1983

Dos pochette du CD (ressorti en 1993 toujours chez Rebel Records

**