Par Pascal P

 

YonderMountainStringBand

 

Nous sommes en présence du premier disque des Yonder Mountain String Band reformés, reformulés… avec le départ de quelques membres et l’arrivée de Allie Kral (violon) et Jacob Jolliff (mandoline) et après un premier disque « Black Sheep » plus de transition et le Vol 7 (Live) qui aura permis à la gelée de prendre (pour ne pas parler de mayonnaise) en effet « Love, Ain’t Love » d’emblée nous entraîne dans un univers plus, bien plus maîtrisé. Des compositions toujours aussi diverses, mais me semble-t-il aussi beaucoup plus apaisé et travaillé. Le trio fondateur (Aijala, le joueur de banjo Dave Johnston et le bassiste Ben Kaufmann) plonge dans une nouvelle dimension bien aidée par le producteur John McVey qui est aussi ingénieur du son. Nous ne quittons toutefois pas l’originalité, ni la diversité de ce qui est et sera le son made in Yonder Mountain String Band mais avec certainement une maturité trouvée, une enveloppe sonore plus épurée moins four tout mais tout aussi brillante. Définir l’univers de TMSB est tout bonnement une gageure et je ne relèverai pas le défi, car cela n’en vaut pas la peine !!! Il faut pénétrer leur monde, leur univers, leurs (sss) sensibilités (sss) et là, chacun ne peut le faire qu’au travers de ses propres expériences, de son propre ressenti, de ses propres sensations. Vous dire que c’est album de Bluegrass (même évolutif) serait vous mentir « gravement » ! Oui… Mais signaler que le bassiste sur certains morceaux se retrouve aux claviers que des influences aussi diverses que la Pop Fm, le Reggae, le Rock, la World Music, le Punk viennent seule ou à plusieurs percuter celle d’un bluegrass traditionnel ou évolutif sera vous donner la ligne de départ de votre découverte, de votre exploration. Je vous dirai aussi et surtout « Keep yours ears open ».

 

loveAintLove

 

Allie a chanté une chanson que nous avons écrite pour le précédent disque studio BLACK SHEEP. Ici, nous voulions montrer les différentes possibilités de la voix de Jake. Nous avons joué « Dancing in the Moonlight » dans nos lives et chaque fois que nous jouons, les gens s'allument, aussi nous la reprenons, et l’incluons dans le ce projet (plage 8). Nous apprécions toujours de jouer, de réaliser les belles harmonies possibles et Jake chante d'enfer, alors nous avons pensé, « Et pourquoi pas ? " (Aijala).

Il y a tout de même une petite différence entre le YMSB studio et celui sur scène c’est la longueur des morceaux qui s’envole dans le second car en effet sur le disque Live (Vol 6) un titre dépasse les 16 minutes (oui, j’ai bien écrit 16) et 5 des 7 morceaux sont au-dessus des 7 minutes.

Je reprendrai leurs propres mots pour conclure car ils révèlent parfaitement ce qu’est YMSB « Avec leurs talents mélodiques, leurs techniques d'experts et « une » ferveur réfléchie ce disque «Love. Ain’t Love. » est « la » manifestation frappante et bien conçue de leur vision musicale incomparable. Près de deux décennies se sont écoulées, Yonder Mountain String Band est semble-t-il tout à fait complet, un creuset unique, plongé dans la vie, dont l'inventivité, la polyvalence et l'imagination pure et simple ne montrent aucun signe de fin. »

 YMSB

**