Par Pascal P

JohnnyCashRaggedOldFlag

 

Certains d’entre vous me connaissent depuis des années et ils savent que j’étudie de manière empirique et non universitaire la musique… les musiques qui me plaisent, qui me font vibrées. Mes discrétions musicales m’amènent ici ou là, en fonction d’une écoute, d’une lecture, d’un mot, d’une idée. Il en va ainsi que l’article d’aujourd’hui qui ne sera que l’extrait d’une lecture que j’ai trouvé sur le site de l’université de Yale. Je n’étais pas parti avec ce but, mais de lecture en lecture, je suis tombé, par le plus grand hasard, sur la retranscription des échanges, débats, discours du 13 septembre 2001 de la chambre des représentants (soit 2 jours après ce fameux et terrible jour du 11 septembre 2001 qui frappèrent les tours jumelles du World Trade Center.)

Dans le discours, il est fait un séquencement à ce que représente le drapeau, mais aussi les valeurs qui y sont allouées et que chaque jour par respect militaire et civil le serment permet de sauvegarder et de raffermir. Ce n’est pas l’objet de mon article, ici sur un site dédié à la musique, mais il se trouve qu’une partie de ce discours fait référence et rend hommage, tout en tirant des images et références, à une chanson écrite par un certain Johnny Cash qui porte le titre de «Old Ragged Flag».

Voici un extrait de cette transcription (petit extrait que vous pouvez retrouver complètement et en anglais ici)

**********

…/…Mme EMERSON : Il y a plusieurs années, le célèbre chanteur folk Johnny Cash a écrit une ballade intitulée «Old Ragged Flag». J'aimerais la répéter aujourd'hui pour rappeler l'histoire de notre pays et son drapeau qui a tellement fièrement construit notre terre. Comme Johnny Cash l'a écrit :

J'ai traversé la place du palais de justice du comté.

Sur un banc de parc, un vieil homme était assis là.

Je l'ai dit « votre ancien palais de justice est un peu défraîchi ».

Et il a dit « Non, cela est suffisant pour notre petite ville. »

Je l'ai dit « Votre vieux poteau s'est penché un peu et c'est un ancien drapeau déchiqueté que vous avez pendu dessus. »

Il a dit « Asseyez-vous ! »… et je me suis assis. « C'est la première fois que vous venez dans notre petite ville ? » … J'ai dit «  je pense que oui !! ».

Et il a dit : « Je n'aime pas me vanter, mais nous sommes un peu fiers de cet ancien drapeau défraîchi. »… « Vous voyez ce petit trou, nous l’avons eu là-bas, lorsque Washington l'a emmené sur le Delaware.
Et il a été brûlé avec la poudre la nuit où Francis Scott Key était assis pour regarder et écrire: «Say Can You See?»Et il a eu cette mauvaise déchirure à la Nouvelle-Orléans, avec Packingham et Jackson Tuggin.


Et il a été presque détruit à l'Alamo au côté du drapeau du Texas, mais il a survécu.Il a subi des coups d’épée à Chancellorsville, et elle a été coupée à Shiloh Hill.Il y avait Robert E. Lee, Beauregard et Bragg; et le vent du sud soufflait fort sur ce vieux drapeau effiloché.Sur le champ de Flandre en première guerre mondiale, il a eu un gros trou du canon « La grosse Bertha ». Il a été mouillé du rouge de sang dans la Seconde Guerre mondiale, il a flotté mollement une ou deux fois seulement.Il était en Corée et au Vietnam. Il est allé là où il a été envoyé par son Oncle Sam.Il a flotté sur nos navires, et maintenant, ils l'ont laissé un peu ici à la maison.Ce vieux drapeau est mince, mais il est en bonne forme pour la forme dans laquelle il se trouve.Nous le hissons tous les matins, et nous en prenons soin tous les soirs.Nous ne le laissons jamais toucher le sol, et nous la replaçons droit.À y réfléchir, j'aime bien me vanter, parce que je suis fier de ce vieux drapeau déchiré.

…/…Mme EMERSON : Monsieur le Président, je me rends compte du temps que je viens de consommer. Mais j'ai toujours aimé cette chanson de Johnny Cash, car elle symbolise ainsi l'importance de notre drapeau.

***************

Je pense que cet extrait et une retranscription (même partielle) de ce dernier et de cette chanson valent vraiment le détour pour comprendre qu’une chanson aussi simple peu apporté des lumières sur l’histoire qu’elle soit ici américaine ou avec d’autres, je pense si et simplement à Jean Ferrat, des pans entiers de notre culture française, européenne, mondiale.

 

***

détail sur l'album :

  • Johnny Cash – vocals, producer, liner notes, guitar
  • Marshall Grant – bass
  • W.S. Holland – drums
  • Bob Wootton, Carl Perkins, Ray Edenton – guitar
  • Larry McCoy – piano
  • Earl Scruggs – banjo
  • The Oak Ridge Boys – background vocals
  • Chuck Cochran – arranger
  • Charlie Bragg – producer, engineer
  • Al Quaglieri – producer, reissue producer
  • Freeman Ramsey – engineer
  • Rob Tucker – engineer
  • Howard Fritzson – art director, reissue art director
  • Billy Barnes – cover design
  • Al Clayton – cover photo
  • Seth Foster – mastering
  • Randall Martin – design
  • John Henry Jackson – project director
  • Steven Berkowitz – A&R
  • Patti Matheny – A&R
  • Darren Salmieri – A&R